Créer un site internet

Un enfant se souvient de sa vie d'aviateur !

Inline 7307 582216c2e8908

James Leininger est un garçon américain différent des autres. Dès l'âge de 2 ans, son comportement étonne et dérange. Ses parents sont inquiets et s'interrogent sur sa santé mentale.  

 

Le jeune souffre de cauchemars atroces, toujours de même nature: « Avion en feu ! Avion en feu ! » Les hurlements du petit James réveillent ses parents encore et toujours. Bruce et Andrea commencent à regretter d’être allés visiter ce musée de la Seconde Guerre mondiale avec leur bébé âgé d’à peine 2 ans. Et comment un enfant si jeune pourrait être terrifié à ce point et ce pendant des années?

 

Certes, il faisait déjà des cauchemars, comme cela arrive chez les enfants, mais, depuis que son langage s’élabore, ses rêves portent des mots terrifiants : « Avion en feu ! »  « L’avion s’écrase ! » « Le petit homme ne peut pas sortir ! » La famille Leininger mène pourtant une vie tranquille en Louisiane à Lafayette, et les parents ne s’expliquent pas ces cris, cette façon qu’a leur fils de se débattre dans son lit comme s’il voulait s’extraire d’une bulle invisible et oppressante. Tout comme ils ne comprennent pas son brusque intérêt pour les avions. Une véritable obsession. Et ces cauchemars sont de plus en plus fréquents et violents au fil des mois. Avec toujours les mêmes mots, la même attitude. Avec les années, le comportement de l'enfant persiste et inquiète ses proches. On lui pose des questions, on lui tend des pièges, on tente de le prendre à défaut, il répond toujours avec une étonnante précision.

 

Après s'être documenté sur la seconde guerre mondiale, son père s'est entretenu longuement avec son fils: « Te souviens-tu du type d’avion que le petit homme pilotait ? » « Un Corsair », répond James sans hésiter. « Te souviens-tu de l’endroit d’où l’avion a décollé ? » « D’un bateau, le Natoma. » Curieux mot dans la bouche d’un enfant si jeune. Le père vérifia : un porte-avions américain, l’USS Natoma Bay, transportait des Corsair pendant la guerre! Avant d'en tirer cette conclusion, les parents consultent.

 

Leur médecin est perplexe. Les cauchemars et terreurs nocturnes sont normaux chez les enfants, surtout à partir de 4 ans. Mais James a commencé très tôt, et le contenu de ses rêves est terriblement répétitif. Il leur conseille de ne pas paniquer et, en cas de crise, de le prendre dans leurs bras, de lui parler doucement pour le rassurer et de lui faire décrire les images de ses rêves, voire de les lui faire dessiner. Sa mère remarque que son fils a des réflexions et un comportement étonnants pour un enfant de son âge. Un jour, devant un magasin de jouets, elle lui fait remarquer qu’un avion porte une bombe attachée sous la carlingue. « Ce n’est pas une bombe, c’est un réservoir secondaire », rétorque- t-il avec aplomb.

 

Un autre jour, dans un aéroport, James se met à inspecter un avion avec la même attitude, les mêmes gestes et aux mêmes endroits qu’un pilote professionnel. « Superdoué, mon fils ! » s’exclame Bruce avec la fierté d’un père. Sa mère Andrea trouve quand même ce « don » très curieux. D’où tient-il tout cela ? 

Encore septique, le père décide de faire ses recherches et part le rencontrer avec une liste de questions. Le vétéran confirme tout. Bruce est dévasté. Ce fervent croyant refuse de croire en la réincarnation. Le monde s’effondre sous les pieds du jeune père.

 

Il ne parvient pas à s’imaginer son enfant abritant l’âme d’un pilote de chasse mort pendant la guerre. Il rencontre une thérapeute. Celle-ci explique à Bruce et à Andrea que leur fils n’est pas un cas isolé et que ce phénomène se produit essentiellement après des morts violentes. L’âme, en se réincarnant, précise-t-elle, est si imprégnée du traumatisme qu’elle ne peut l’« oublier » lors du passage dans l’au-delà.

#Soso

Source: GT