Créer un site internet

«Cigare» de l’espace : un astronome d’Harvard relance la thèse extraterrestre

7989366 8d659ab8 18ed 11e9 9204 c24430f7f726 1 1000x625

En octobre 2017, Oumuamua était alors « proche » de la Terre, à 33 millions de kilomètres, soit 85 fois la distance avec la Lune. AFP/EUROPEAN SOUTHERN OBSERVATORY/M. Kornmesser

Source : http://www.leparisien.fr

 

A contre-courant de la majorité de ses confrères, Abraham Loeb pense que cet objet interstellaire, appelé Oumuamua, a pu être envoyé par une espèce intelligente extraterrestre.

« Je commets peut-être un suicide médiatique […]. D’un autre côté, si c’était vrai, cela pourrait être une des plus grandes découvertes de l’histoire humaine. » Dans une interview menée par Haaretz, un quotidien israélien, l’astronome Abraham Loeb persiste et signe, à contre-courant de la communauté scientifique, dubitative.

Pour lui et son élève Shmuel Bialy, cette dernière ne peut détourner les yeux de ce qui pourrait potentiellement être un vaisseau spécial éclaireur, propulsé par une intelligence extraterrestre. « Nous n’avons aucun moyen de savoir s’il s’agit d’une technologie active ou d’un vaisseau spatial qui n’est plus opérationnel et qui continue de flotter dans l’espace », a encore ajouté Abraham Loeb.

Oumuamua (« éclaireur » en Hawaïen) est un astéroïde particulier : il est le tout premier objet extérieur au système solaire à y être entré, à la connaissance de la communauté scientifique. Le 19 octobre 2017, le Canadien Robert Weryk l’a d’abord découvert depuis Hawaï. Alors « proche » de la terre, il se tenait à 33 millions de kilomètres, soit 85 fois la distance avec la Lune.

Sa trajectoire laisse perplexe

Sa matière et sa nature laissent perplexe Abraham Loeb : d’une forme pressentie tantôt de cigare, tantôt de pancake, Oumuamua se déplace en suivant une trajectoire hyperbolique, contrairement aux planètes du système solaire qui dessinent une trajectoire circulaire. Si les scientifiques de l’Agence spatiale européenne et Abraham Loeb ne s’accordent pas sur sa nature (comète ou astéroïde d’une forme inédite ?), cette masse n’émet en tout cas aucun signal.

Cette infinité d’inconnus ne fait pas peur à celui qui n’aime curieusement pas la science-fiction. Pour le Président du département d’astronomie de Harvard et ancien élève de Princeton, il est indispensable de rétablir la confiance en expliquant au plus grand nombre l’incertitude qui existe dans tout processus scientifique.