Les 9 parties de l'âme humaine, dans l'Égypte ancienne

70651721 10220256839035395 4809472161511112704 n

Dans l’Égypte ancienne, on pensait que l’âme d’une personne se composait de neuf parties distinctes qui étaient intégrées à un individu entier, mais avaient des aspects très distincts.
Dans de nombreuses cultures anciennes comme celles que l’on trouve en Asie, en Afrique et même en Amérique, nous trouvons un concept d’âme analogue au concept développé par les religions du groupe judéo-chrétien (y compris l’islam) et la philosophie européenne.

L’âme, du point de vue védique ou Veda, est l’être qui, par nature, est éternel (sans naissance ni mort, sans commencement ni fin) d’une substance différente de celle du corps physique et qui a sa propre conscience

Les anciens Égyptiens étaient convaincus que l’âme humaine était composée de neuf parties principales : le Ren, le Ba, le Ka, le Shuyet et le Jb, l’Akh, le Sahu, le Khat et le Sechem.

Dans certaines époques, l’âme était censée être composée de cinq parties et dans d’autres sept, mais, en général, c’était neuf. Ici, nous jetons un coup d’œil aux neuf parties.

En plus des composantes de l’âme humaine, il y avait le corps humain appelé Ha-Haw ; qui était interprété comme la somme des parties du corps.

---------------------------

● Jb (Le cœur) :
était une partie extrêmement importante de l’âme Égyptienne. On croyait qu’il se formait à partir d’une goutte de sang du cœur de la mère de l’enfant, prise à la conception. Dans la mythologie Égyptienne antique, le cœur était la clé de la vie après la mort.

● Shuyet (L’Ombre) :
est toujours présent. Les anciens Égyptiens croyaient que l’ombre résumait ce qu’une personne représente.

● Ren (Le nom) :
était une autre partie cruciale de l’âme. Le Ren d’une personne lui a été donnée à la naissance et les Égyptiens croyaient vivre aussi longtemps que ce nom sera prononcé.

● Bâ (La personnalité):
les anciens Égyptiens croyaient que Bâ était tout ce qui rend une personne unique.

● Ka (L’étincelle vitale) :
Selon les anciens Égyptiens, le Ka était un concept vital dans l’âme car il distingue la différence entre une personne vivante et une personne morte.
Khat (le corps) Le Khat a été désigné comme le corps physique qui, lorsqu’il était décédé, a fourni le lien entre l’âme et la vie terrestre.

● Akh (Le Soi Immortel):
selon les anciens Égyptiens, l’Akh était le soi immortel transformé qui offrait une union magique du Ba et du Ka.

● Sahu (Le Juge) :
Le Sahu était l’aspect d’Akh qui viendrait à une personne en tant que fantôme ou en dormant dans des rêves. Sahu a été différencié de tous les autres aspects de l’âme une fois que la personne a été «justifiée» par le Dieu Osiris et jugée digne de l’existence éternelle.

● Sechem (Un autre aspect d’Akh) :
Le Sechem était un autre aspect de l’Akh qui lui a permis de maîtriser les circonstances. Il était considéré comme l’énergie vitale de la personne qui se manifestait comme le pouvoir qui avait la capacité de contrôler son environnement et ses résultats.

En outre, selon les anciens Égyptiens, l’être humain possède huit degrés de personnalité :
“Ren“, la capacité à continuer d’exister selon le soin d’un embaumement correct.

● “Sejem” est l’énergie, le pouvoir, la lumière du défunt.

● “Aj” est l’unification de “Ka” et “Ba”, en vue d’un retour à l’existence.

● “Ba“, qui fait de l’individu ce qu’il est ; cela s’applique aussi aux choses inanimées. C’est le concept le plus proche de l’âme occidentale.

● “Ka“, la force de vie. Soutenue par des offrandes alimentaires au défunt.

● “Sheut ou Shuyet” est l’ombre de la personne, représentée par une figure humaine complètement noire.

● “Seju” signifie les restes physiques de la personne.

● “Jat” est la partie charnelle de la personne.

Source septchakras