Créer un site internet

L’âme de bébé : La deuxième étape de la réincarnation

Ame de bebe 2018

-Dans la première étape, en tant qu ‘«âme infantile», elle a appris l’existence physique, la vie et la mort, ainsi que le besoin de prendre soin de soi.
-Au cours de la deuxième étape, en tant qu ‘«âme bébé / enfant», elle s’est familiarisée avec la société, la culture et la communauté, le besoin de structure, d’appartenance et de rôle.
-À la troisième étape, en tant que «Jeune Âme», elle a appris le libre arbitre et l’autodétermination, en prenant en charge son propre destin et en relevant le défi.
– À la quatrième étape, en tant qu ‘«âme mature», elle a appris la coexistence et l’interdépendance, assumant la responsabilité de ses relations, honorant la différence et l’altérité.
-Enfin, l’âme est prête pour la dernière étape du voyage: le retour à l’unité et la fin de la réincarnation.

 

L’âme de bébé: La deuxième étape de la réincarnation

Ceux qui traversent la deuxième étape de la réincarnation vivent ce que l’on appelle « l’âme de bébé ». Les leçons à tirer pendant cette étape sont l’adaptation aux règles et coutumes de la vie dans une société ordonnée et civilisée.

Pendant la deuxième étape du développement de l’âme, la vie humaine ne se focalise plus sur la survie physique quotidienne. Elle se concentre sur la participation à une structure sociale qui procure ordre, sécurité et sentiment d’appartenance.

Tandis que l’âme infantile s’épanouit dans une sorte de « jardin d’Eden », l’âme de bébé aime se trouver dans une société parfaitement ordonnée et soumise à des règles.

Cette étape met l’accent sur la maîtrise de soi, la retenue et le respect des règles, en maîtrisant ses impulsions personnelles à court terme au profit de la stabilité et de la sécurité à long terme. Il y a le sentiment de jouer un rôle significatif, de faire quelque chose d’important et d’appartenir à quelque chose de plus grand que soi. La vie en société est un système de concessions mutuelles. On apprend à donner, favorisant ainsi le bien commun.

En termes freudiens, il s’agit d’avoir un surmoi pour apprivoiser le ça. L’ego n’est pas encore au point.

source : https://www.espritsciencemetaphysiques.com