Âme et suicide : que se passe-t-il ?

La transmission mediumnique a travers un medium channel

Le suicide et ce que deviennent ces âmes une fois qu'elles ont quitté leur corps physique

 

J'ai eu à faire deux fois, il me semble à ces âmes tourmentées. Celle dont je me souviens parfaitement est l'histoire d'un homme qui avait décidé de s'immoler, je ne peux toujours pas aller sur le lieu de l'incident car ses hurlements, ses tourments, ses regrets me sont insuportables, à part lui envoyer de la lumière, le travail pour que cette âme retrouve la paix ne peut pas venir de moi.

Le suicide est un drame qui déchire les familles car grande est la douleur et le désespoir, quand un suicide est commis. Le suicide sert pour certains d'échappatoire mais c'est une grave erreur car l'âme est immortelle et rien n'efface les actes dans l'au delà. Au contraire, les actes poursuivent le suicidé et de façon terrible.  La vie ne s'éteint pas avec la mort du corps physique. Elle s'ouvre à lui plus grande, plus vaste et est martelée par les tourments qui l'ont conduit vers cette rébellion contre l'incarnation. Les suicidés continuent à souffrir et revivent sans cesse la dernière scène de leurs instants terrestres. Le détachement de l'âme du corps physique se fait dans la douleur car le cordon d'argent qui le reliait est rompu précipitamment ( car rien n'était prévu). Le traumatisme est donc grand et, à cela, vient s'ajouter la présence des esprits du bas astral, qui tournent autour du suicidé. Les guides et Esprits protecteurs veillent cependant mais doivent attendre le moment propice pour le dégager. Ces esprits désespérés se retrouvent dans des espaces de grande souffrance. Ils peuvent y rester un temps indéterminé. Suivant son attitude, le suicidé peut être en proie au désespoir, à la révolte et rester ainsi longtemps dans ces lieux. Mais s'il manifeste l'envie d'être aidé, il sera accompagné dans l'au-delà où des esprits bienveillants s'occuperont de lui. Ainsi certains ne resteront que quelques heures, d'autres des mois, d'autres encore des années, puis après avoir compris sa situation l'esprit devra se réincarner. Le suicidé est responsable des douleurs qu'il occasionnera à sa famille, aux difficultés auxquelles elle aura à faire face. Il ne prendra connaissance de ses responsabilités que lorsqu'il sera capable, dans l'au-delà, de mesurer ses erreurs. Dans le Ciel et L'Enfer, Allan Kardec parle d'un athée qui s'est tué à cause de l'ennui qu'il éprouvait dans sa vie sans espoir. Dans l'au-delà, il a prit conscience que le néant n'existait pas et il se sentait horriblement tourmenté. Certains esprits du bas astral dirigent les personnes vers le suicide par le tourment, en s'infiltrant dans ses pensées. Si la personne n'est plus maître de ses actes, la responsabilité est différente. L'esprit est complice et devra en assurer  la responsabilité.

extrait d'un passage d'écriture inspirée qui m'a été transmis par un défunt #solenne