Créer un site internet

L'autre Monde

Autre monde

" L' Autre Monde"

" Les traditions mythologiques de la littérature vernaculaire font de l'Autre Monde celtique, dans lequel les humains entraient après la mort, un lieu ambigu. On nous parle beaucoup d'un Autre Monde paradisiaque ou les morts revivent, très semblable à ta Terre mais meilleur. Un Monde qui ignore la souffrance, la maladie, la vieillesse et le déclin ; un Monde empli de musique et de beauté et ou l on festoie, bien que les héros continuent à s 'affronter. A l'inverse, l'Autre Monde peut être aussi présenté comme un lieu sinistre et redoutable, surtout pour les humains qui le visitent avant leur mort. Comme nous l'avons vu, l'Autre Monde gallois, appelé Annwn, était décrit comme une cour enivrant les sens. D'autres documents donnent un supplément d'information sur Annwn. Il est question dans "Les Dépouilles d'Annwn" d'un chaudron magique, le récipient de régénération typique de l'Autre Monde. C'est un grand chaudron constellé de diamants que chauffe le souffle de neuf vierges - allusion, peut être, à la fécondité encore intacte, comme celle de la vierge porte-pieds de Math. Le chaudron d'Annwn refuse de préparer de la nourriture pour un lâche. La description des Cwn Annwn (les chiens d'Annwn) traduit l'ambivalence d' Annwn. Dans le Mabinogi, ils sont blancs et ont des oreilles rouges - couleurs, on l'a dit, associé à l'Autre Monde. Une autre source parle des Cwn Annwn comme des chiens de l'Enfer, petits, tachetés, d'un roux tirant sur le gris, enchainés et conduits par une silhouette noire et cornue. Ce sont des présages funestes, venus d'Annwn en quête d'âmes humaines. Le caractère inexorable et sinistre qui s'attache à ces messagers de mort dément l'image heureuse et insouciante de la vie après la mort.
L'Autre Monde irlandais ressemble à beaucoup d'égards a Annwn. Dans la tradition irlandaise, la localisation du monde surnaturel variait : on pouvait le situer sur les îles de l'Océan à l' Ouest, sous la mer ou dans les profondeurs de la Terre. Les tertres, ou Sidhe, étaient les demeures des Tuatha Dé Danann dépossédées, attribuées aux Dieux par le Dagda : chaque Dieu possédait son propre Sid, son Autre Monde, qu'il gouvernait. L'Autre Monde irlandais est aussi perçu comme une auberge, ou Bruidhen, rencontré parfois au détour du chemin. On accédait à l'Autre Monde par divers moyens : par bateau en traversant la mer, comme dans "le voyage de Bran", ou par un lac ou une grotte. Le lac du Cruachan était l'une des entrés de l'Autre Monde.
Dans le mythe irlandais, l'Autre Monde apparaît comme un lieu paradisiaque, hors du temps, sans âge, source de toute sagesse, paix, beauté, harmonie et immortalité. C'est un monde plein de magie, d'enchantements et de musique. On le perçoit comme une image en miroir idéalisée du monde humain. Le Sid ou auberge se caractérise par ses festins centrés autour de l'inépuisable chaudron, toujours rempli de viandes. Une des images puissantes du mythe est celle du porc toujours renouvelé, abattu chaque jour par le Dieu tutélaire et renaissant éternellement pour être à nouveau tué le lendemain. Le Seigneur divin du festin est souvent représenté sous la forme d'un homme portant un porc en travers de l'épaule.
L'Autre Monde ignore le temps terrestre. Les humains qui le visitent resteront jeunes tant qu'ils y séjourneront ; mais, s'ils doivent retourner sur Terre, leur âge les rattrapera. Des récits terrifiants décrivent le sort de ceux qui reviennent du monde surnaturel : le fils de finn, Oisin, vieillit instantanément de trois siècles.
L'Autre Monde celtique a ceci de particulier que les êtres surnaturels doivent parfois recourir aux mortels pour effectuer des activités qu'ils ne peuvent accomplir eux mêmes. C'est ainsi qu'Arawn demande à Pwyll de combattre Hafgan ; Cuchulainn livre bataille pour des êtres de l'Autre Monde ; Finn est attiré dans l'Autre Monde par des cerfs, des sangliers, des jeunes gens ou des femmes enchantées.
L'aspect sombre de l'Autre Monde est également représenté dans le mythe. La fête de Samain, au début de novembre, représente une période dangereuse, des sortes de limbes ou les barrières entre le monde réel et le monde surnaturel disparaissaient provisoirement et ou les humains et les esprits peuvent investir réciproquement les espaces, perturbant, ce faisant, l'équilibre normal. Royaume des Morts, l'Autre Monde peut être ténébreux et terrifiant. Le Dieu de la mort irlandais, Donn, est un être inquiétant ; Arawn possède lui aussi une composante sombre, et Annwn se révèle parfois dangereux. Ainsi, dans "Les Dépouilles d'Annwn", Arthur garde de justesse la vie sauve après sa quête du chaudron magique. Il semble que les humains qui séjournent dans l'Autre Monde de leur vivant soient en danger. Cuchulainn voit toutes sortes de monstres redoutables et de spectacles horribles. Le récit de l'auberge de Da Derga décrit la Bruidhen d'un Dieu dans laquelle attends la malédiction du roi d'Irlande, Conaire. En s'y rendant, Conaire croise les sinistres hérauts de la mort, trois cavaliers vêtus de rouge sur des chevaux roux, couleur qui indique leur origine surnaturelle. Il rencontre aussi la déesse de destruction irlandaise, la Bodb, qui lui apparaît sous la forme de la triade : trois sorcières noires hideuses, nues et ensanglantées, une corde autour du cou. Il y a là un intense symbolisme de mort, peut être même de sacrifice humain. Derga est le Dieu des Morts, mais le mot désigne aussi la couleur rouge, reflet du sang et de la mort. La Bodb est une déesse noire, semblable à une corneille, et le ,noir est la couleur de la Mort."

Extrait de " Mythes celtiques"