Créer un site internet

Le mont des âmes.

Turismo soria ruta templaria ruta turistica castillo soria

Gustavo Adolfo Becquer (1836-1870) connaissait bien la ville de Soria et le Campo de Gómara et Moncayo pour y avoir passé quelques saisons.

Dans la légende "Le mont des âmes" a dit en 1861 que les Templiers et les nobles moururent dans une confrontation avec la chasse qui avait le Temple sur le Mont des Animas, où la scène se répète avec ses squelettes fantomatiques dans la nuit de tous Décédés, comme ils pouvaient voir Alonso et Beatriz tragiquement. La légende est recréée dans la célébration Nuit des morts "de la Plaza del Rincon de Becquer à la rivière Duero. Vous pouvez également connaître cette légende dans l'audiovisuel Becquerian la Maison des Poètes.

Et ainsi conclut la légende: "Ils disent qu'après cet événement, un chasseur égaré qui a passé la nuit des morts incapable de quitter le Mont des âmes, et que la veille de sa mort, il pouvait dire ce qu'il voyait, dit-il Des choses horribles. Entre autres, il a dit qu'il voyait les squelettes des anciens Templiers et les nobles de Soria enterrés dans l'atrium de la chapelle jusqu'au point de prière avec un accident horrible, et des messieurs sur les os des chevaux, la chassant comme une bête un Belle, pâle et décharnée, aux pieds nus et sanglants, et jetant des cris d'horreur autour du tombeau d'Alonso. "

Dans "The Moonbeam", en 1862, Becquer recourt à la rive est du Duero, depuis le couvent de San Juan, qui se qualifie Templier à la place de San Saturio, pour placer la nuit d'été de recherche par Manrique une mystérieuse "Dame blanche" Qui est tombée amoureuse, à moitié folle pour enfin voir que la figure blanche qu'il avait vue parmi le feuillage du centre commercial n'était pas une femme mais un rayon de lune. Dans cette histoire Becquer inclut divers thèmes thématiques du romantisme littéraire avec sa poésie de rêves ou d'imagination pour décrire la psychologie de Manrique (solitaire, introverti, romantique et imaginatif) et la nature (Duero, arbres, jardins, rochers ...). Désabusé, Manrique passe les années suivantes sans rien pour le réconforter: "Non! Non, je ne veux rien ..., oui, je veux ... Je veux que tu me laisses tranquille .... Cantigas .... Les femmes ... la gloire ... le bonheur ... est tout en vain que nous sommes des fantômes dans notre imagination et la robe à volonté, et les aimer et courir après eux, pourquoi ?, Pour trouver un rayon de lune. "
Soso
source: office du tourisme Soria