L’asile d’Aradale, Ararat, Australie

Ararat lunatic asylum aradale psychiatric hospital

 

Le bâtiment de ce qui fut jusque dans les années 90 l’asile d’Aradale est une véritable merveille d’architecture, mais ne vous laissez pas avoir par sa façade respectable !


Cet hôpital psychiatrique inauguré en 1867 est aujourd’hui hanté par les âmes en peine ayant eu le malheur d’y résider. Vestige d’une époque où aimer les romans ou ennuyer son mari pouvait suffire à vous faire interner, l’asile d’Aradale est connu pour être le lieu de résidence d’un bon nombre de fantômes.
Les visiteurs y croiseraient souvent la sévère Nurse Kerry, qui, avec son regard de glace, essayerait de dissuader les curieux de jeter un coup d’œil dans l’aile de l’hôpital où elle sévissait…
Car en effet, Aradale n’est pas réputé pour être un sanctuaire de bien-être ! 
Lobotomies, opérations en tout genre et autres traitements archaïques ont valu à bien des patients de se donner la mort, qui était la seule issue de cet institut dont on repartait les pieds devant. 
Plus de 13 000 personnes seraient ainsi décédées dans l’asile, et certains hanteraient toujours les lieux.

On raconte ainsi que des gens auraient eu l’impression d’être agrippés par des mains en passant dans le couloir où les pensionnaires se suicidaient le plus, ou bien auraient entendu des coups contre les murs du bâtiment destiné à l’isolement des patients. 
Mais l’endroit le plus glaçant du complexe est sans doute le bâtiment J Ward, réservé aux criminels déclarés fous. 


En plus de la Nurse Kerry, l’hôpital semble aussi habité par un certain Gary Webb, un individu trouble interné pour avoir commis un crime sanglant, et qui serait mort en se mutilant le corps à 70 reprises : plusieurs visiteurs se seraient vu intimer l’ordre de « dégager » en passant dans sa cellule. 
Summum de l’horreur : la salle de bain du Gouverneur, où la plupart des habitants du cru refuseront de vous accompagner. 
La légende dit qu’une présence démoniaque y a trouvé domicile, ce qui n’est pas surprenant lorsque ce l’on sait qu’un prisonnier aurait été assassiné et démembré dans la baignoire… 
Dans le genre terrifiant, on a rarement connu mieux !