Juana Maria : L'amérindienne qui a vécu 18 ans seule sur l'île Saint-Nicolas !

Juana maria l amerindienne qui a vecu 18 ans seule sur l ile saint nicolas 2e852388333ab125538bc2995505617b3d836190

Source : https://www.ohmymag.com

 

Entre 1835 et 1853, une amérindienne a vécu seule sur l’île San Nicolas. Mais comment en est-elle arrivée là ? 

 

Dans le livre de Scot O’Dell inspiré de l'histoire, L’île des dauphins bleu, la jeune femme est nommée Karana. Dans la réalité, son nom n’est pas connu mais après sa mort, elle fut baptisée Juana Maria. Elle faisait partie de la tribu Nicoleño, l’une des plus reculées des îles anglo-normandes, au large des côtes californiennes. En 1835, des chasseurs autochtones ont envahi l’île, en tuant la plupart des membres de la tribu des Nicoleños sur leur passage. Pour leur protection, ils ont donc été évacué en Californie. Malheureusement, l’évacuation en bateau tourne au cauchemar lorsqu’une tempête se déchaîne. Une jeune est alors laissée sur l’île : c’est Juana Maria.

La jeune femme est alors restée pendant 18 années seule sur cette île isolée, survivant en mangeant des racines, de la viande de phoque et des coquillages. Personne ne s’est jamais rendu compte que Juana Maria était restée sur l’île San Nicolas, même si des rumeurs circulaient, parlant d’une femme aperçue en train de courir sur la plage. Elle a finalement été retrouvée par un trappeur alors qu’elle dépouillait un phoque, vêtue d’une jupe en plumes de cormoran.  

En arrivant sur le continent, elle a alors 50 ans et personne ne parle plus sa langue puisque sa tribu s’est éteinte. Elle a tout de même raconté son histoire grâce à la langue des signes. Malheureusement, tous ces changements dans sa vie, dans son régime alimentaire et son retour à la civilisation l’ont rendu gravement malade. Elle meurt de la dysenterie, sept semaines après son arrivée sur le continent. C’est à ce moment qu’elle est baptisé Juana Maria !