Il meurt après s’être injecté du silicone dans les testicules

Silicon balls sex cult 700x466

Source : https://www.ulyces.co

 

Jack Chapman, un Australien de 28 ans résidant à Seattle dans l’État de Washington, est décédé le mois dernier après que des injections de silicone dans ses parties génitales aient entraîné des saignements mortels, comme l’indiquait le New York Post, le 7 novembre dernier. Les injections ont engendré un « syndrome d’embolie siliconée », qui a lui-même entraîné une hémorragie aux poumons, d’après le Bureau du médecin légiste du comté de King (KCMEO). Mais pour sa mère Linda, c’est un « culte pour le sexe gay » qui est à blâmer.

En effet, Chapman était un membre actif de la communauté gay BDSM de San Francisco et de Seattle. Il a également été l’un des nombreux « esclaves » de Dylan Hafertepen, un homme connu pour publier des photos salaces de lui et de ceux qu’il surnomme ses « chiots ». Le New York Post indique que plusieurs d’entre eux semblent avoir eu recours à des injections de silicones dans leurs organes génitaux, ainsi que dans différentes parties du corps.

La mère de Chapman, Linda, reproche à Hafertepen d’avoir infligé à son fils des modifications corporelles dangereuses qui ont entraîné sa mort. Elle a également comparé la relation de son fils avec son maître à une sorte de culte. « C’était de la dévotion, une sorte de clan, de famille ; comme un culte. Et pour prouver leur dévotion, ils ont dû faire des modifications dans leur corps », a-t-elle déclaré à l’émission de télévision australienne The Project.

Elle a ensuite détaillé un contrat que son fils avait signé avec Hafertepen et qui promettait à son maître « un contrôle total sur son esprit et son corps ». Outre le fait qu’il a dû lui donner son salaire, il a dû prendre le nom de famille de Hafertepen et avait pour obligation de porter une chaîne autour du cou. Tout contact avec une personne extérieure à son cercle de BDSM était également interdit. « Trois semaines avant sa mort, il a rédigé un testament dans lequel il laissait tout à Dylan. Si cela n’est pas suspect, je ne sais pas ce que c’est », a-t-elle ajouté. À la mort de leur père, Jack et son frère autiste Ben avaient chacun hérité de 200 000 dollars. « L’argent de Jack était destiné aux soins médicaux de Ben si quelque chose lui arrivait. » Linda a déclaré qu’elle envisageait d’aller voir la police.