Les fantômes et histoires de la tour de Londres

Tower of london 1

Avec de nombreux rapports d’incidents surnaturels dans ses couloirs sombres et ses anciens quartiers, la tour de Londres est considérée comme l’un des bâtiments les plus hantés d’Angleterre.

La forteresse a une longue et sinistre histoire. Beaucoup croient que l’esprit de ceux qui ont souffert là-bas s’attarde toujours au célèbre monument.

 

Lorsque la Tour était un lieu d’incarcération et de tourments, les prisonniers étaient conduits par bateau sur la Tamise et pénétraient dans la forteresse par la terrible porte des Traîtres. C’était une porte d’eau menant à la forteresse; un prisonnier serait ensuite escorté dans une chambre située dans l’une des nombreuses tours qui composent la tour de Londres.

Assassiné à la tour

Henri VI fut assassiné dans la chapelle de la tour de Wakefield le 21 mai 1471. Le dernier des rois lancastriens fut poignardé à mort à minuit alors qu’il priait. L’identité de l’assassinat d’Henry n’a pas encore été déterminée, bien que l’on soupçonne qu’il a été tué sur ordre de Richard, duc de Gloucester.

 

 

On dit que le fantôme d’Henry apparaît dans la chapelle vers minuit le jour de l’anniversaire de sa mort. On lui dit qu’il errait dans les chambres de la tour de Wakefield avant de se fondre lentement dans ses murs au dernier coup de minuit.

L’un des événements les plus tragiques de l’histoire de la Tour de Londres est la mystérieuse disparition des deux princes, Edward V et son frère cadet, Richard. Les deux garçons ont été amenés à la tour à l’été 1483 sur l’ordre de leur oncle, Richard, duc de Gloucester.

Ils ont été confinés dans la Garden Tower, un bâtiment qui a par la suite été connu sous le nom de Bloody Tower, après que les deux garçons eurent disparu de manière suspecte.

Personne ne sait ce qu’ils sont devenus, bien que l’on soupçonne généralement qu’ils ont été assassinés – probablement par étouffement – sur l’ordre de leur oncle, qui a été sacré Richard III le 6 juillet 1483. En 1674, deux squelettes ont été découverts sous un escalier dans la Tour Blanche.

 

On suppose généralement qu’il s’agissait des restes des princes malheureux et qu’ils ont reçu une sépulture royale. Leurs esprits tristes ont souvent été observés dans et autour de la Bloody Tower.

Dames sans tête

Anne Boleyn, la deuxième épouse d’Henry VIII, a été exécutée à la Tour le 19 mai 1536 pour une accusation de trahison forgée de toutes pièces. Selon certaines rumeurs, elle aurait commis diverses infractions, dont de la sorcellerie et de l’inceste, bien qu’il s’agisse probablement de fabrications imaginaires imaginées par Henry afin de se débarrasser d’Anne, faute d’avoir pu lui fournir un héritier.

Anne a été décapitée à Tower Green et enterrée dans la chapelle St Peter ad Vincula du bâtiment. Apparemment, elle était enterrée la tête sous le bras.

Son apparition a été vue à plusieurs reprises. Un récit particulièrement troublant date de 1864 et raconte comment un employé de la Tour est tombé sur un étrange brouillard d’où se matérialisait la silhouette d’une femme.

Fantôme

Alors que cette femme se tournait lentement pour lui faire face, la travailleuse a été choquée de ne voir que la noirceur à la place d’un visage. Le fantôme d’Anne a également été rencontré dans la Tour Blanche, portant apparemment sa tête coupée sous son bras.

Les fantômes d’autres femmes décapitées à l’époque Tudor hanteraient également la tour. Celles-ci incluent les spectres de la cinquième épouse d’Henry VIII, Catherine Howard, qui fut exécutée pour adultère en 1542; la comtesse de Salisbury, dont on dit que l’apparition frénétique court autour de Tower Green, reconstitue la nature horrible de son exécution ratée; et Lady Jane Grey, la prétendue reine des neuf jours qui fut décapitée sur l’ordre de son successeur Mary Tudor en 1554.

 

L’ours de la tour

Une sentinelle en poste à la Tour en 1816 a rencontré l’une des apparitions les plus étranges enregistrées au château. Le fantôme d’un grand ours partit de la tour Martin pour se diriger vers le garde paniqué qui réagit en poussant sa baïonnette sur la bête.

Cependant, il a été encore plus surpris lorsque la baïonnette a traversé ce fantôme « grizzly », collant à une porte proche tandis que l’ours disparaissait soudainement. La garde malheureuse a plus tard expiré du choc.

En 1940, lors du Blitz, une autre garde a eu une rencontre quelque peu surnaturelle. Un mystérieux groupe de soldats est sorti d’une étrange brume qui s’était matérialisée à l’une des portes de la tour.

 

Le garde a remarqué que ces soldats portaient un uniforme datant du XIVe siècle et portaient apparemment le corps de quelqu’un récemment décapité. Le garde assommé les regarda se diriger lentement vers la chapelle de la tour. Ils ont ensuite disparu dans les airs.

Prisonniers célèbres

Le célèbre explorateur élisabéthain, Sir Walter Raleigh, s’est rendu à la tour à plusieurs reprises avant d’être décapité sur ordre de Jacques Ier en 1618. Bien qu’il ait été exécuté au palais de Westminster, son esprit a été aperçu dans les limites de son ancienne prison. En 1983 encore, le fantôme de Sir Walter a été vu dans la tour Byward.

Sir Walter jouissait de quartiers relativement modestes et jouissait de certaines libertés lors de son emprisonnement. Cependant, on ne pouvait pas en dire autant d’un autre prisonnier célèbre, Guy ‘Guido’ Fawkes, protagoniste du complot raté de la poudre à canon de 1605.

Trahi par inadvertance par l’un de ses compagnons conspirateurs, le malheureux Guy Fawkes fut découvert dans les caves sous le Parlement, gardant de nombreux barils de poudre à canon. Il fut bientôt amené à la tour et jeté dans le tristement célèbre «Little Ease», une cellule si petite qu’un prisonnier ne pouvait même pas se lever ni se coucher.

Afin de vérifier l’identité de ses co-conspirateurs, Fawkes a été soumis à toutes sortes de terribles tortures, y compris être étendu sur le porte-bagages. On dit que les hurlements angoissés du malheureux traceur peuvent encore être entendus de temps en temps résonner autour des voûtes de la Tour Blanche.

source : https://www.preuvesduparanormal.fr

Par Ben Harry Wright – Bibliographie: Diehl, Daniel; Donnelly, Mark P. (2006) Contes de la tour de Londres, The History Press Ltd., Jones, Richard (2007), Royaume-Uni et Irlande hantés, New Holland Publishers Ltd.