Les familiers que représentent-ils pour une sorcière?

Images 1 1020x660

 

De manière générale, le familier, parfois aussi nommé génie familier, démon familier ou encore esprit gardien, est une entité, un animal ou un esprit qui accompagne le pratiquant, le guide ou le conseille tout au long de sa vie. Il peut donc prendre la forme d'un être de chair (animal) ou immatériel (démon, esprit).

Dans les pratiques liées à la sorcellerie, il s'agit le plus souvent d'animaux de petite taille, auxquels sont attribués des pouvoirs surnaturels. Les familiers sont plus fréquemment mentionnés dans la mythologie et le folklore d'Europe occidentale, plus particulièrement en Grande-Bretagne et en France. Selon Margaret Murray, trois catégories de familiers sont censées exister : Les familiers de l'homme, partout en Europe occidentale, les animaux divinatoires, essentiellement en Grande-Bretagne, où ils font partie intégrante de la pratique de la sorcellerie, et en France et les animaux malfaisants, seulement en Grèce. A l'époque des persécutions, on pensait que chaque Sorcière avait son familier, et le fait d'avoir un animal domestique suffisait bien souvent à accuser une personne de sorcellerie. Les légendes de cette période attribuent aussi aux familiers l'habitude de boire du sang : ils étaient considérés comme presque aussi dangereux que la Sorcière elle-même, car ils ressemblaient à des animaux normaux et pouvaient espionner ou faire du mal pour le compte de leur Sorcière tout en restant difficilement détectables.

Les plus connus des familiers, rendus célèbres par l'imagerie populaire, sont bien entendu les animaux qui accompagnent les sorcières : le chat notamment (noir, la plupart du temps !), symbolisant à la fois le lynx sacré de la Déesse Nordique Freyja, le Chat Sith ou le Chat de Féerie de la tradition Celtique, mais aussi la chouette, le corbeau, le serpent...

Cette vision serait cependant bien trop réductrice puisque certains familiers, bien loin de nos compagnons à quatre pattes, sont également réputés pour inspirer les érudits, les artistes et les écrivains, à l'instar d'un esprit tutélaire ou d'une Muse. Citons par exemple le plus connu de ces génies familiers : le ðaïmon de Socrate qu'il considérait comme sa divinité intérieure, son jugement, sa raison, qu'il voyait non seulement comme un don mais comme une émanation et une portion de la divinité. Socrate le prenait pour un guide réel, distinct de son imagination et organe d'une divinité tutélaire.

 

—>>Les animaux familiers

De tels animaux ont des capacités et des facultés souvent bien plus développées que d’autres animaux et sont considérés comme des partenaires dans la pratique magique. Leur rôle est de d’accompagner la sorcière dans son cheminement ésotérique (pratique et spirituel), à l'intérieur du cercle, etc. Là, ils peuvent l’aider en emmagasinant les énergies contenues dans les ingrédients ou outils employés pour un rituel et les lui restituer, la soutenir moralement ou agir tout simplement comme un gardien. Ils peuvent également endosser le rôle de guide lors de séances de méditation ou de visualisation. Certains, par exemple, ressentent la présence d’esprits ou les énergies négatives, et peuvent donc prévenir leur maître d’une éventuelle approche, menace ou simple présence. C'est notamment le cas des chats et de certains chiens, dont les sens sont bien plus développés que ceux des humains pour ressentir l'invisible et les vibrations subtiles. D’autres apportent leur énergie en soutien lorsqu’ils occupent le cercle magique au cours d’un rituel, ou sont de bons conseils au cours d’une recherche théorique. Ils peuvent par exemple avoir une réaction particulière à l’évocation de certains livres, sites, etc.

Il s'agit le plus généralement d'un animal de compagnie avec lequel la sorcière a une affinité particulière, mais ce n'est pas toujours le cas puisque le contraire n'est pas vrai : tout animal de compagnie n'est pas forcément un familier, et ce n'est pas la sorcière qui fait le familier. Le lien, en plus de l’amour, qui unit un familier à sa sorcière est très puissant, c’est une connexion emplie de spiritualité, de réconfort et de confiance.

Apprenez à décrypter les attitudes de votre compagnon et vous comprendrez rapidement quels sont les messages qu'il cherche à vous transmettre. Il peut ainsi devenir une précieuse aide et un partenaire magique au quotidien. N'oubliez simplement pas qu'il n'est pas à votre service mais qu'il est l'égal de vous même.

Certaines traditions pensent également que l'animal familier est en fait habité par une entité ou un esprit spécifique. L'animal devient alors un hôte et agit en son nom.

 

—>>Mon animal est-il un familier ?

Il n’est pas toujours aisé de deviner si son compagnon s’avère être un familier ou non. Il arrive qu’il ne montre aucun signe particulier en dehors des actions magiques. Pour vous mettre sur la piste, observez les réactions de votre ou de vos animal(aux). Lorsque vous exécuterez un rituel, faites-le en présence de votre animal dans la pièce, et observez son comportement face au cercle, sans pour autant attirer son attention : laissez-le agir librement. Reste-t-il totalement indifférent ? Est-il méfiant ? Ose-t-il y entrer ou au contraire tourne-t-il autour sans jamais y pénétrer ? Il peut en être de même pour la divination, la ouija, bon nombre d’autres pratiques ou tout simplement des séances de rédaction de votre Livre des Ombres ou d'expériences vécues. Les réactions qu'il aura face à ces diverses activités peuvent être un bon indicateur pour savoir si votre compagnon est potentiellement un familier.

Il existe deux écoles quant à la recherche d'un familier :

● Certains pratiquants n'hésitent pas à lancer des appels psychiques dans le but de découvrir leur animal familier. De tels rituels favorisent la rencontre avec l'un ou l'autre animal. Attention cependant à ne pas voir de l'occulte là où il n'y en a pas : si un animal apparaît soudainement dans votre vie, réfléchissez en premier lieu aux causes "normales" : Vous pouvez avoir appelé un animal psychiquement, mais si un chat s'invite chez vous alors que vous laissez une gamelle de nourriture depuis plusieurs semaines sur le rebord de votre fenêtre, son arrivée n'est pas vraiment étonnante ! Pour appeler un animal familier à vous, vous pouvez par exemple le faire par le biais de la méditation : installez-vous dans un endroit tranquille dans lequel vous ne serez pas dérangé le temps de la séance et laissez errer votre esprit. Pendant votre "voyage", vous croiserez sans doute de nombreuses pensées, personnes, objets. Concentrez-vous sur l'intention de rencontrer un compagnon animal et attendez de voir si vous parvenez à entrer en contact avec l'un d'eux. Demandez-lui de vous accompagner dans votre cheminement, demandez-lui son aide et ses conseils. Puis laissez le temps faire.

● D'autres en revanche pensent que les choses ne doivent pas être forcées et que les animaux familiers doivent se porter volontaires pour cheminer avec une sorcière ou un pratiquant. Viendra peut-être un jour où un animal familier croisera votre route pour une durée plus ou moins longue s'il estime avoir quelque chose à vous apporter.

Un familier n'est pas obligé de rester à vos côtés toute sa vie durant. Il arrive que du jour au lendemain votre animal disparaisse : sans doute a-t-il accompli sa mission à vos côtés, tout simplement.

Vous aurez peut-être besoin de plusieurs essais pour contacter votre esprit animal, mais n'oubliez pas qu'à chaque fois que vous essaierez, vous serez toujours un peu plus proche de lui. Si possible, sortez faire cette méditation à l'extérieur, à la campagne ou au moins dans un grand parc. Bien que votre guide puisse vous retrouver n'importe où, la tâche lui sera plus aisée si vous êtes en pleine nature. Portez des vêtements confortables. La surface sur laquelle vous vous assiérez reste à votre convenance mais préparez-vous à rester assis aussi longtemps que nécessaire. Enfin, évitez de diffuser de la musique, susceptible de vous distraire. Vous pouvez, en revanche, faire brûler de l'encens, par exemple un mélange spécialement sélectionné pour l'occasion.

 

—>>Se lier à son animal familier

Une fois le familier trouvé, vous pouvez avoir envie de renforcer le lien qui vous unit. Un rite de dédication lui étant destiné est par exemple une bonne chose non seulement pour asseoir les bases de votre partenariat mais aussi pour faciliter votre communication. Une offrande peut également marquer le début de cette union : repas spécial, collier orné d'un symbole qui vous est cher et qui pourrait représenter votre partenariat (chat sur un pentacle, balai de sorcière, etc.).

Dans le cas d'un rite destiné à votre animal familier, sachez que plusieurs divinités peuvent en favoriser la protection, notamment Aphrodite, Artémis, Baya Yaga, Faunus, Hathor, Lilith et St-Antoine.

 

—>>Autres esprits familiers

● Le lièvre est un célèbre familier des sorcières et est l'un des aspects préférés pour le « shape-shifting » dans la sorcellerie rurale anglaise. Ses associations à la lune et à la fertilité sont bien connues. Dans le Lancashire, le rebouteux portait toujours une patte de lièvre dans son chapeau comme signe de sa fonction.

● En Allemagne, on dit que l’âme des sorcières quitte leur corps par la bouche sous la forme d’une petite souris rouge.

● Aux Antilles, le concept d'esprit familier est relativement courant et connu de nombreuses familles. Lorsqu'une personne pratique le kimboi (ou quimbois), avant de mourir, elle doit transmettre cet esprit à un membre de la famille. Les églises issues de la Réforme invitent leurs fidèles à être libérés des esprits familiers.

● Dans certaines traditions, notamment anglaises ou écossaises, le Cornu était parfois considéré comme un esprit familier. Appelé Gruagachdans dans les Highlands en Ecosse, Boggart dans le Lancashire, ou encore Brownie en Angleterre, il symbolise le dieu des Sorcières et l'usage était de faire des offrandes régulières en échange de son aide pour accroître la fertilité et les richesses naturelles. Dans les anciennes images gauloises, le Cornu, Cernunnos, est montré tenant des serpents à tête-de-bélier et est entouré par un cerf et un taureau, symbolisant sa maîtrise des troupeaux à cornes et de chèvres. Ainsi, il apparaît clairement pourquoi les sorcières, à travers toute l’Angleterre et l’Europe, racontaient comment le Vieux Cornu, le Diable, leur donnait des animaux familiers au cours de leur initiations, ceci afin de les aider dans leurs sorcelleries. L’esprit familier, également appelé le puckerel, imp et nigget, peut être vu comme un aspect de « l’âme-animal » ou « animal-fetch » que le Maître Cornu dévoile chez son initié.

● Dans certains pays scandinaves, les familiers étaient associés avec les esprits de la terre et de la nature. Ainsi, on croyait que les fées, les nains ou autres êtres élémentaux habitaient le corps physique des animaux.

 

source : https://www.facebook.com/unebrujacheyenne