À sa mort, notre Soleil deviendra une gigantesque boule de cristal

9986 1 768x432

Crédits : Univer­sity of Warwick

Source : https://www.ulyces.co

 

 

Après sa mort et une fois refroi­dies, les braises de notre Soleil forme­ront l’une des innom­brables sphères de cris­tal géantes épar­pillées dans notre galaxie. En effet, dans une nouvelle étude publiée le 9 janvier dans la revue Nature, des astro­nomes apportent les preuves qu’en mourant, les naines blanches se cris­tal­lisent peu à peu à partir de leur cœur, jusqu’à compo­ser une gigan­tesque boule de cris­tal cosmique.

À l’aide des données du satel­lite Gaia, de l’Agence spatiale euro­péenne, des cher­cheurs du Royaume-Uni, du Canada et des États-Unis ont abouti à des résul­tats soute­nant l’hy­po­thèse vieille d’un demi-siècle de la cris­tal­li­sa­tion, qui décrit les étapes par lesquelles passent ces étoiles avant de se chan­ger en cris­taux.

Une fois leur hydro­gène épuisé, les étoiles semblables au Soleil commen­ce­raient ainsi à se refroi­dir et à se contrac­ter, four­nis­sant une brève pous­sée d’éner­gie expul­sant son atmo­sphère, et avec elle une grande partie de leur chaleur. Pendant ce temps, leur noyau conti­nue­rait de se contrac­ter, compri­mant l’hé­lium en éléments encore plus lourds, comme le carbone et l’oxy­gène.

Le résul­tat final est une naine blanche de la taille de la Terre, si dense qu’une minus­cule partie de son cœur pèse­rait envi­ron dix tonnes. « C’est la première preuve directe que les naines blanches se cris­tal­lisent, ou passent d’un état liquide à un état solide », explique le physi­cien Pier-Emma­nuel Trem­blay, de l’uni­ver­sité de Warwick, qui ajoute que « cela signi­fie que des milliards de naines blanches de notre galaxie ont déjà terminé ce proces­sus et sont essen­tiel­le­ment des boules de cris­tal en lévi­ta­tion dans l’es­pace. »