Une bactérie mutante découverte sur la Station spatiale internationale

Une aurore boreale vue depuis la station spatiale internationale 5398421 1

Source : http://www.lexpress.fr/

Bien qu'inconnue sur Terre, la bactérie retrouvée sur la Station où se trouve Thomas Pesquet ne serait pas d'origine extraterrestre, mais de mutations.

C'est une découverte pour le moins inattendue à bord de la Station spatiale internationale (ISS), dans laquelle se trouve actuellementThomas Pesquet. Un micro-organisme inconnu sur Terre a été retrouvé dans un filtre du système de nettoyage du laboratoire de l'ISS. 

Baptisé "Solibacillus kalamii" par la Nasa en hommage au 11e président indien Abdul Kalam, qui s'est fortement impliqué dans la recherche spatiale, le micro-organisme a été découvert après une opération de vérification de la prolifération des champignons et bactéries à bord de la Station qui tourne en orbite autour de la planète bleue. 

Le filtre qui contenait la bactérie était resté installé entre janvier 2008 et mai 2011, détaillent les scientifiques. Ce qui signifie que le micro-organisme a survécu durant 40 mois à plus de 400 kilomètres de la Terre. 

Une résistance surprenante aux radiations

Les chercheurs ont commencé à étudier le filtre en 2013, mais ils ne se sont penchés sur la fameuse bactérie que l'an dernier. Depuis, elle est en cours d'identification, et certaines conclusions ont été partagées dans la revue scientifiqueInternational Journal of Systematic and Evolutionary Microbiologyau début du mois de mai. 

D'après la Nasa, la bactérie ne serait pas d'origine extraterrestre, mais aurait été acheminée depuis la Terre via une cargaison, puis aurait muté une fois dans la Station spatiale internationale.

Ce qui rend cette bactérie particulièrement intéressante pour les scientifiques, c'est qu'elle n'a pas été altérée, ni par les radiations ultraviolettes intenses de l'espace, ni par les températures pouvant descendre à -40 degrés Celsius. Ils espèrent ainsi pouvoir se servir de ses propriétés pour la protection des astronautes dans l'hypothèse d'un long voyage sur Mars