Deux planètes potentiellement habitables à 12 années-lumière de la Terre !

Kepler tau ceti nasa exoplanete exoplanet 5928118

http://www.lexpress.fr/

Le système de Tau Ceti possède quatre planètes, dont deux pourraient potentiellement abriter la vie extraterrestre.

L'étoile Tau Ceti, à "seulement" 12 années-lumière de la Terre, est l'une des étoiles les plus proches de nous. À l'échelle galactique, c'est la porte à côté. Si un jour l'humanité arrive à voyager d'étoile en étoile, ou du moins à envoyer des sondes pour explorer les systèmes proches, Tau Ceti sera probablement dans les premières cibles. 

Une éventualité prometteuse, puisque selon une étude à paraître dans la prochaine édition de The Astrophysical Journalnon seulement Tau Ceti est dotée d'au moins quatre exoplanètesrocheuses, mais deux d'entre-elles orbitent aux frontières de la zone habitable de leur étoile. Ce qui signifie qu'elles pourraient abriter de l'eau à l'état liquide, et donc la vie extraterrestre.

Tau ceti exoplanetes zone habitable 5927946

Va-t-on bientôt rencontre des petits hommes verts? L'hypothèse reste faible, rappellent les chercheurs, d'abord parce que "zone habitable" ne veut pas nécessairement dire "vie". Ensuite parce que Tau Ceti est entourée d'une immense barrière de débris, constituée notamment d'astéroïdes et de comètes, qui bombardent probablement les planètes environnantes. Extraterrestre ou pas, cette découverte n'en reste pas moins très encourageante, puisqu'elle est fondée sur l'amélioration d'une méthode de détection déjà existante. 

L'équipe internationale d'astronomes, dirigée par Fabo Feng, un chercheur de l'Université de Hertfordshire au Royaume-Uni, a réussi à trouver les quatre exoplanètes en détectant de très légères oscillations dans les mouvements de Tau Ceti, provoquées par l'attraction gravitationnelles de corps astronomiques plus petits. En clair? Les astronomes ont détecté de très légers déplacements de l'étoile provoqués par l'attraction des planètes en orbite autour d'elle. 

Une prouesse réalisée grâce à l'amélioration d'une vieille technique appelée la "spectroscopie Doppler" ou "méthode de l'oscillation", ce qui leur a permis de détecter qu'au moins quatre objets orbitent autour de Tau Ceti et provoquent des variations de mouvement de l'ordre de 30 centimètres par seconde. Après de savants calculs, ils ont même pu déterminer la masse des astres -des planètes légèrement plus grosses que la Terre- ainsi que leurs orbites. 

Prochaine étape: la détection de planètes jumelles de la Terre

"Nous avons enfin franchi un cap (...), qui nous a permis de séparer le bruit stellaire [de Tau Ceti] des très faibles signaux générés par l'attraction gravitationnelles des planètes en orbite", se félicite Steven Vogt, co-auteur de l'étude et professeur d'astronomie et d'astrophysique à l'Université de Californie à Santa Cruz.