Accusée de sorcellerie pour son intelligence

Evil girl witchcraft 5 avril 2012

Lorsqu’on est une femme en Afrique, étudiante et « incroyablement intelligente », il est parfois nécessaire de faire profil bas pour s’éviter de graves problèmes.

En effet, une lycéenne a été menacée de mort par ses camarades. Ces derniers sont persuadés qu’elle use de magie noire pour réussir brillamment ses examens.

Selon les médias locaux, Hajia Hawawu Boya Gariba, ministre en charge des Affaires Féminines et de l’Enfance, a dû intervenir après qu’une jeune étudiante de 17 ans a été accusée par ses camarades de classe de « voler les cerveaux des autres étudiants afin de passer en classe supérieure. »

A cause de cela, l'étudiante a été contrainte de fuir vers Gambaga, un camp pour les personnes accusées de sorcellerie dans le nord du Ghana, après que des membres de la communauté l’aient menacé de violence.

Elle a pu passer les vacances de Pâques avec sa famille, après que les ONG et les fonctionnaires aient expliqué à la communauté que l'étudiante était tout simplement brillante. 

Son cas a tellement attiré l'attention des médias que, mercredi, une académie située dans la capitale, Accra, a déclaré qu'elle était à la recherche de financement pour lui offrir une bourse d'études.

Gariba, qui se bat depuis longtemps contre ses croyances d’un autre temps, a déclaré que « ce mauvais traitement des filles et des enfants devait être éradiqué » définitivement au Ghana.

Bien que le gouvernement ghanéen ait, à de multiples reprises, déclaré que la sorcellerie n'existait pas, il subsiste, dans le pays, environ 16 camps officiels où les citoyens accusés, en général des femmes, peuvent trouver refuge afin d’être protégées.

Ailleurs en Afrique, les femmes sont toujours emprisonnées pour avoir prétendument pratiqué de la magie. Ainsi en 2010, des centaines de femmes étaient toujours derrière les barreaux au Libéria, accusées d’avoir lancées des sorts contre les concitoyens.

Si la sorcellerie vous interesse, je vous propose une vidéo documentaire sur le sujet.
Soso