Tuée par une planche Ouija

6e90c207ec52adb33a58ea36881c37bb

 

En mars 1930, à Buffalo, un petit garçon trouve en rentrant de l’école le corps inanimé de sa mère – frappée à mort avec un marteau, chiffon imbibé de chloroforme enfoncé dans la gorge.

 

Horrifié, le petit garçon court au musée d’histoire naturelle prévenir son père, qui n’est autre que le sculpteur franco-américain Henri Marchand, connu pour ses dioramas de la vie quotidienne des Iroquois. Le jour même, la police apprend que deux Amérindiennes ont été vues en train de rôder autour de la maison des Marchand peu avant le meurtre : Nancy Bowen, une guérisseuse de 66 ans, et Lila Jimerson, une enseignante de 36 ans.

 

ulyces-ouija-04

 

Quelques mois plus tôt, les deux femmes s’étaient tournées vers un ouija pour contacter le défunt mari de Nancy Bowen, lui aussi guérisseur, et trouver une explication à sa mort. Et la planchette leur avait dit, lettre après lettre : « Ils m’ont tué. » « Qui donc ? », avaient rétorqué les deux femmes. « Clothilde », avait épelé la planchette, avant de donner son adresse et sa description.

 

Lila Jimerson avait alors fait remarquer à son amie qu’elle connaissait une Clothilde : la femme du sculpteur Henri Marchand. Nancy Bowen avait ensuite reçu plusieurs lettres d’une mystérieuse inconnue, affirmant que Clothilde Marchand était une sorcière et qu’elle avait jeté un sort au guérisseur par jalousie. Ces lettres firent également croire à la veuve qu’elle risquait de connaître le même destin et, folle de rage et de peur, Nancy Bowen finit par se présenter à la porte de Clothilde Marchand armée d’un marteau.

 

Au même moment, Lila Jimerson se trouvait dans la voiture de Henri Marchand. Car Nancy Bowen l’ignorait, mais l’enseignante et le sculpteur entretenaient une liaison depuis 1922. La police en déduisit que Lila Jimerson avait manipulé la guérisseuse afin de se débarrasser de sa propre rivale. Elle fut néanmoins acquittée lors du procès. Seule à être reconnue coupable du meurtre de Clotilde Marchand, Nancy Bowen fut elle aussi libérée, compte tenu du temps qu’elle avait déjà passé en prison. Quant à Henri Marchand, il s’était déjà remarié – avec la nièce de son épouse assassinée.

#Soso