La maison qui cogne : Hantée ?!

Images 3

 

Des impacts de coup sur les murs sans que personne ne comprenne pourquoi ni comment !

Durant l’été 1989 un évènement rompt la tranquillité d’une petite résidence. Mais ce que les locataires considèrent comme un léger désagrément va s’avérer l’une des expériences les plus traumatisantes de leur vie.

Tout ceci se déroule à Beauport, proche de Québec la Capitale Québécoise. Les murs de la maison présentent d’incontestables traces de coup ainsi que quelques trous impressionnants qui se seraient formés tous seuls.

Les personnes vivant dans cette maison ont commencé à observer d’étranges manifestations. Bien sûr, la plupart d’entre eux étaient effrayés et cherchaient a comprendre le pourquoi du comment.

Une sérieuse inspection du bâtiment est alors mise en place, mais le technicien ne pourra que constater les faits.

Aucune cause naturelle n’est mise en avant, une explication paranormale est alors avancée. Un mois avant le début de ces manifestations, une voisin est mort au premier étage et depuis sa veuve procéderait à des cérémonies de spiritismes.

Afin de faire taire la rumeur, policiers, pompiers et journalistes viennent enquêter rue Monseigneur Gauthier à Beauport et ils ne vont pas être déçus.

Le plus surprenant c’est qu’aucune raison rationnelle de nature géologique ou lié aux conduites d’eau et de gaz n’a pu être retenue !

Tout de fois un détail dérange, si l’esprit du voisin décédé était alors à l’origine d’une telle violence, comment expliquer que le centre du phénomène ne se trouve pas chez lui mais un étage en dessous, à côté du lit d’une petite fille de 12 ans.

Depuis cette évacuation les coups ont totalement cessé. Des spécialistes ont finalement avancé la thèse d’un poltergeist, déclenché par un ancien locataire des lieux.

Bizarrement, ces faits étranges se produisaient quand la petite fille rendait visite à sa grand-mère.